Une rumeur sur la vente de « poupées sexuelles » fait grimper la température à Ouaga et dans les Capitales Africaines