Quand d’autres se débarrassent des symboles honteux, l’Afrique célèbre ses bourreaux