Pierre Titti : «Les préconisations du FMI ne sont pas un devoir d’écolier»