Marc-Vivien Foé, un héritage de ronces et d’épines