Cameroun, Crise anglophone: La « ville morte » se poursuit à Bamenda