Abakar Ahamat sur la crise anglophone, « rien ne laissait présager un tel retournement»