Yaounde : les « nanga boko » deviennent des pickpocket aux heures de pointe