Volker Finke répond à Jean-Armel Kana-Biyick