Une vingtaine de personnes, présumées membres de Boko Haram, auraient trouvé la mort en détention à la prison de Maroua