Re M’ssi prône la joie et non la bagarre dans « Foak Bè Lè »