Quand la privation de liberté ne suffit plus a faire plier Marafa