Les avocats anglophones exigent un système bi juridique