Le ‘’toquer à la porte’’ chez les Douala du Cameroun (1ère partie)