La presse pouponne les Lions mais retient son souffle