La presse est aux petits soins au Mondial