Elections à la Fécafoot : Le chien aboie, la caravane passe