Dur, dur, le mois de janvier au Cameroun