Colère, les syndicats écrivent à Paul BIYA