Après Bafoussam, la colère des épargnants de la COMECI gagne Douala