Les cimetières à Douala ne peuvent plus accueillir les morts