Cameroun : à Bamenda, ville morte et rentrée « fantôme » pour les élèves